Conseils . 03 Decembre 2019

Les effets du climat et des saisons sur nos cheveux

Vous aurez sans doute remarqué que vous perdez davantage de cheveux à l’automne et/ou au printemps que durant le reste de l’année. Il faut en réalité rechercher la cause plusieurs mois auparavant, pendant l’été et l’hiver.
Voyons comment les changements de température et les aléas du climat impactent l’évolution de vos cheveux ?
 

La saison automne

L’exposition excessive et, parfois soudaine, au soleil, les bains d’eau de mer pendant des heures, des apéritifs qui s’étendent de début juin à fin août sont responsable, en grande partie, de cette plus importante chute de cheveux qui survient à l’automne. Cette combinaison de facteurs externes participe à détériorer l’équilibre de votre cuir chevelu, et perturber les différentes phases d’évolution de vos cheveux.

Pendant les longues journées de plage, nous recommandons vivement l’usage d’un chapeau et d’un protecteur capillaire. Vous minimiserez ainsi l’impact de ces risques.

Autre recommandation importante : s’hydrater correctement

En été, on se déshydrate beaucoup plus rapidement, en transpirant davantage.

Attention, la consommation d’alcool pendant les soirées estivales ne participe pas à cette hydratation, bien au contraire !

En été et plus généralement pendant l’année, consommer une eau riche en minéraux, à raison d’au moins 8 grands verres par jour. 
Le fait que cette chute se manifeste en automne, est dû au temps qu’il faudra à ces cheveux pour mourir et tomber, de 2 à 4 mois après avoir été impactés.
Nous pourrions donc parler d’une chute d’été !
 

La saison printemps

L’hiver, les jours se raccourcissent, ce qui a des conséquences fâcheuses sur notre organisme. 

Qui dit lumière, dit vitamines D, le cheveu a besoin de suffisamment de vitamines D (via des récepteurs de Vitamine D) pour maintenir et respecter le cycle capillaire.

 En temps normal, les différentes phases de ce cycle (anagène, catagène et télogène), même si elles ne sont pas synchrones, s’équilibrent pour garantir le maintien de la densité capillaire.

Qui dit automne, puis hiver, dit retour à la routine (finis les vacances !), la baisse des températures, les maladies saisonnières (rhume et grippe en tête) et la fatigue. Ces changements (en premier lieu le froid, la chute de luminosité), surtout s’ils sont brusques, vont avoir une incidence sur le cycle capillaire et son rythme.

Le décalage existant là encore, entre le moment où les cheveux sont impactés et leur chute, 2 à 4 mois plus tard, fait que nous pourrions cette fois parler d’une chute d’hiver ! 

Si vous constatez que ces chutes dites saisonnières perdurent, que votre densité capillaire s’en trouve sensiblement impactée (suffisamment pour vous interpeller), nous vous invitons vivement à ne pas les prendre à la légère et envisager de consulter un capidermologue.

Pour prévenir ses risques, protégez vos cheveux de la chaleur l’été, du froid l’hiver par le port d’un chapeau, une casquette, d’un bonnet. Pensez à bien vous hydrater tout au long de l’année, maintenir un apport suffisant en protéines, vitamines B, D et C, ainsi qu’en fer, éléments essentiels à la fabrication, l’oxygénation et la croissance de vos cheveux. 

En cas de doute, effectuer un bilan sanguin pour vérifier d’éventuelles carences, et écarter de possibles troubles thyroïdiens.

Une approche préventive est à privilégier, l’évolution du cheveu est lente, toute régulation ou correction d’une chute importante demandera autant de temps. 

Aderans a mis au point des compléments alimentaires pour anticiper ou pallier aux dysfonctionnements pouvant être à l’origine de ces chutes saisonnières et, préserver ce cycle capillaire de manière optimale.