Chute de cheveux homme

La majorité des hommes adultes sont concernés par l’alopécie voire la calvitie. Si elle est moins tabou que l’alopécie féminine, cette chute de cheveux n’est pas moins douloureuse pour les hommes. Au-delà des facteurs héréditaires, la chute de cheveux peut être causée ou accélérée par notre hygiène de vie et notre état de santé (cholestérol, maladie endocrinienne, fatigue, stress…).
 
Un homme peut perdre entre 50 et 100 cheveux par jour sans que cela soit considéré comme un chute anormale. Dans les cas où cette chute s’avérerait excessive et durable, de nombreux traitements et solutions existent pour freiner la chute et reconstruire le capital cheveux.
 

Perte de cheveux chez les hommes : typologie de la calvitie

Chez l’homme, la perte excessive de cheveux a souvent une origine androgénétique (Alopécie androgénique). Une enzyme, la 5-alpha réductase transforme la testostérone en DHT (dihydrotestostérone), ce qui a pour effet d’accélérer les cycles de croissance des cheveux ainsi que la taille des follicules pileux et affecter la glande sébacée. Autrement dit, le cheveu s’affine, au point de devenir du duvet, le cheveu devient gras ou extrêmement sec et cassant.
 
  • L’alopécie se définit comme une chute de cheveux anormale qui s’inscrit dans le temps.
  • L’alopécie masculine revêt plusieurs formes et plusieurs phases, la calvitie est la dernière de ces phases.
  • Les hommes sont généralement touchés à partir de l’âge adulte, mais on relève quelques cas où elle apparaît dès l’adolescence. Les alopécies n’aboutissent pas systématiquement sur un stade de calvitie, mais plus elle commence tôt plus les risques d'y être confronté sont importants.
 
La calvitie, même si elle est avérée et irréversible, laisse des possibilités esthétiques multiples que votre capidermologue envisagera avec vous.
 

Chute de cheveux chez l'homme : causes externes

Contrairement aux idées les plus répandues, la génétique n’est pas toujours en cause d’une chute de cheveux progressive et durable.
La résistance aux agressions dues aux androgènes, les carences alimentaires, par exemple, ont un impact négatif avéré sur le fonctionnement du cycle pilaire donc dans le processus alopécique.
De même pour l’utilisation répété de produits nettoyants de mauvaise qualité ou incompatibles avec le Ph de votre cuir chevelu, ou encore des brossages ou des tractions excessifs, peut détériorer votre capital cheveux….
 
Les conditions climatiques (vent et soleil en tête) sont susceptibles également d’assécher, décolorer et/ou fragiliser la cuticule des cheveux.
On constate fréquemment une chute de cheveux aux changements de saison (Effluvium physiologique saisonnier) et particulièrement en automne, en raison des variations hormonales que notre corps subi tout au long de notre vie.
 
De son côté, une alimentation acidifiante (alcool, soda, café, barbecues…) aggrave la plupart du temps la situation capillaire. Raison pour laquelle il convient de consommer plus d’aliments alcalins et de varier votre alimentation pour pallier aux éventuels carences (acides aminés, vitamines, minéraux…).
 
Enfin, le stress émotionnel ou physique peut engendrer une variété de problématiques capillaires : irritations, pellicules, racines capillaires douloureuses, pelades, calvitie…
Un stress trop profond et durable risque fortement d’entrainer des dysfonctionnements sur le rythme du développement cellulaire, rythme fondamental dans la vie du cheveu.
 
Prenez rendez-vous pour un diagnostic avec nos spécialistes capidermologues pour trouver les meilleures solutions pour retrouver un aspect capillaire conforme à vos souhaits, ou régler une problématique capillaire quelle qu’elle soit.
 
0 ARTICLE